Hyperloop, le projet fou qui pourrait bien révolutionner les transports.

0

Avez-vous déjà entendu parler d’Elon Musk ? Ce milliardaire visionnaire est par exemple derrière le succès de Paypal ou de Tesla Moteurs. Il n’a pas 45 ans mais il innove également du côté du lancement des fusées dans l’espace avec Space X. La légende veut que ce soit lui qui ait inspiré le personnage de Tony Spark dans la série de films Iron Man. Oui, Elon, c’est ce genre de type là…
Pourquoi on vous parle de lui ? Car c’est lui qui la première fois, en 2012, a évoqué la création d’un nouveau moyen de transport : Hyperloop.
Aujourd’hui, il a choisi de confier ce projet à deux start-up : Hyperloop One qui est chargée de la mise en place du premier réseau en test au Nevada, et Hyperloop Transportation Technologies qui lancera la construction d’un premier réseau en Slovaquie.

Hyperloop, qu’est-ce que c’est ?

Sur le site d’Hyperloop on peut lire que c’est le cinquième mode de transport, rien que ça, après les bateaux, les voitures, les trains et les avions. Circulant sur des rails, l’Hyperloop consiste en un double tube surélevé dans lequel se déplacent des capsules. L’intérieur du tube est sous basse pression pour limiter les frictions de l’air. Les capsules se déplacent sur un coussin d’air généré à travers de multiples ouvertures sur la base de celles-ci, ce qui réduit encore les frottements. Les capsules sont propulsées par un champ magnétique généré par des moteurs à induction linéaires placés à intervalles réguliers à l’intérieur des tubes (source wikipedia).
Autrement dit : des capsules propulsées à des vitesses vertigineuses (1102 km/h) qui devraient permettre de relier Los Angeles à San Francisco en 30 mn alors qu’aujourd’hui il faut le double de temps en avion.

A l’occasion des premiers tests de l’Hyperloop réalisés la semaine dernière, voici quelques vidéos explicatives et démonstratives du concept Hyperloop :

 

Les aspects révolutionnaires d’Hyperloop

Ils sont nombreux !
• D’abord la vitesse, comme nous l’exposions précédemment,
• Ensuite la flexibilité : contrairement à l’avion ou au train, dont les départs sont à heure fixe et en nombre limité chaque jour, le principe d’Hyperloop serait d’envoyer des capsules à tout moment, en fonction de la demande. Un peu comme dans le métro, mais en vraiment vraiment vraiment plus rapide.
• Son empreinte écologique : Hyperloop fonctionnera à l’énergie électrique, produite via des panneaux solaires installés directement sur les rails.
• Son coût pour l’usager : Hyperloop sera plus rapide, plus flexible ET moins cher que l’avion. Ca commence à faire beaucoup d’arguments pour notre société toujours plus pressée, toujours plus sensible à l’impact environnemental et aussi soucieuse de son porte-monnaie !
• Son coût de construction : la construction de la ligne est estimée par ses promoteurs à 16 milliards de $$ (oui, quand même) alors qu’un projet de construction d’une ligne de train grande vitesse sur le même axe San Francisco-Los Angeles est lui valorisé à 68 milliards de dollars (gloups).
• Sa capacité à s’adapter à tous types de terrain : Hyperloop n’est pas condamné à n’être qu’un mode de transport terrestre et les rails pourraient aussi se décliner en version aquatique. C’est pourquoi on trouve dans certains articles mention de tubes construits le long des côtes californiennes voire même jusqu’en Chine (complètement fou, on vous dit).Hyperloop under sea

• Sa capacité à accueillir des passagers en nombre : 800 passagers environ par heure, vs. 100 à 300 par avion (sur un LA – SF par exemple)
• Son caractère complètement 3.0 : Elon Musk a voulu le projet ouvert à toutes les contributions et n’opère pas personnellement la recherche sur Hyperloop. 2 sociétés aux noms quasiment similaires sont positionnées sur cette innovation : hyperloop technologies et hyperloop transportation technologies. Toutefois Elon Musk ne s’en désintéresse pas totalement puisqu’il a lancé en août 2015 via sa société Space X un concours ouvert aux étudiants et ingénieurs pour imaginer le « pod », la capsule qui transportera les passagers. Il met à la destination de ces chercheurs une piste de 1 mile pour tester leurs prototypes.

Les premiers tours en Hyperloop!

Début décembre nous apprenions que Hyperloop technologies avait acheté un terrain de 200.000 mètres carrés dans le désert du Nevada pour construire une piste de test sur laquelle pouvoir pousser ses prototypes au maximum de leur capacité.
Ce mois ci, Hyperloop One a réalisé son premier test dans le désert du Nevada au nord de Las Vegas, visant à montrer le principer de son système de propulsion à grande vitesse en grandeur réelle. Il a montré une navette propulsée à 640 km/h qui a fini sa course freinée par un bac de sable. Mais la technologie montrée à l’occasion de ces premiers teste n’est pas celle qui équipera la version finale de l’Hyperloop, et de nombreux tests suivront dans l’année, utilisant un tunnel pour se rapprocher des conditions finales. Si le projets suit son court, dès 2021, l’ Hyperloop devrait relier Las Vegas à Los Angeles en 20 minutes et à plus 1200 km/h !

Alors 2021, année du lancement de l’Hyperloop au grand public ? En plus de la démocratisation de la voiture autonome ?  Wahou ! le futur proche est vachement excitant 🙂

Hyperloop track pod

Sources :
www.journaldunet.com
wikipedia.org
www.journaldugeek.com

Show Buttons
Hide Buttons